Insomnies

Publié le par Bullette

La fin de mon cycle approche. Je prendrai ma dernière pilule jeudi, ce qui fait que J1  devrait arriver dans une grosse semaine. Eh ben j'ai une trouille bleue de commencer cette première FIV ! Depuis une semaine, je me réveille quasiment toutes les nuits et je commence à cogiter sans pouvoir me rendormir...

 

Ce qui me stresse ? D'abord l'anesthésie générale. Dans mon centre, on la fait d'office. Mais moi je suis une trouillarde, j'ai peur de ne pas me réveiller. Je n'ai été endormie que 2 fois dans ma vie : la première à 3 ans pour l'ablation des amygdales - je me rappelle encore l'angoisse de laisser ma maman en pleurs dans la salle d'attente - et à 20 ans pour l'extraction de mes dents de sagesse. J'avais demandé à mon stomato l'anesthésie générale parce qu'on m'avait raconté des horreurs sur ce qui se passait pendant cette intervention. Résultat, je me suis retrouvée toute seule dans une clinique à partager une chambre avec une nana qui se faisait réparer la cloison nasale et qui a ronflé comme un goret toute la nuit. Mon anesthésie a été aussi une mauvaise expérience parce que je suis restée 2-3 secondes (une éternité !) dans un état où j'entendais tout mais ne pouvais rien dire et que je me suis réveillée au moment où on m'extubait, avant d'être abandonnée dans un couloir, la bouche et le nez encombrés de sang ! Après l'opération, et je pense en conséquence de tout cela, j'ai fait une petite dépression qui a duré environ 2 mois, où je pleurais sans arrêt !

Je redoute donc une nouvelle expérience de ce genre...

 

J'ai aussi peur de ma réponse à la stim'. Trop ou trop peu. Avec mes ovaires polykystiques, on peut s'attendre à tout.

 

Donc voilà, je ne baigne pas dans la sérénité. Hier, comme tous les vendredis, je suis allée voir ma copine Lauren qui en est à son 8e mois de grossesse. Nous partageons nos expériences respectives, sans amertume de mon côté, avec une écoute respectueuse et patiente du sien. Nous nous sommes fait la réflexion que d'ici un mois, nous allions chacune vivre un grand moment : l'expulsion pour elle du bébé (je m'amuse de ce terme employé par sa sage-femme), la ponction pour moi, si tout se passe bien. Pour moi, et davantage encore pour elle, c'est à la fois "merveilleux" et angoissant... Je vais peut-être devoir aussi me remettre à la sophrologie pour me détendre... 

Publié dans FIV1 (avril 2011)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article