Tentative n°1

Publié le par Bullette

La fameuse piqûre d'Ovitrelle m'a rendue malade dans la nuit de samedi à dimanche... A moins que ce soit le mélange de vins blanc et rouge ? Comme dirait ma mère, j'aurais dû me méfier. J'ai donc fait un brin de causette avec la cuvette des WC à 3h du matin, et j'ai vraiment eu peur. Moi qui ai tendance à angoisser facilement, je me voyais en train de faire une réaction allergique ou une hyperstimulation ou ou ou... Mais tout a fini par rentrer dans l'ordre.

 

Lundi matin, re-angoisse : que M. Bulle "n'y arrive pas", que la qualité de son sperme soit trop mauvaise, que je ne puisse pas me retenir de faire pipi avant et pendant l'insem.

Finalement, M. Bulle a fait son boulot tant bien que mal. Et nous devions attendre 2h la préparation finale, c'est-à-dire les zozos les plus vivants, reboostés et concentrés en une tite goutte (0,4 ml). Eh bien c'est long, deux heures. Impossible de me concentrer sur mon bouquin ou de penser à autre chose.

 

Finalement le biologiste nous a reçus pour nous donner le saint Graal, avec les résultats du test de qualité du sperme. On a vite déchanté : beaucoup de zozos mal formés dans les 30% de progressifs directs (ceux qui vont droit au but). Donc même s'ils parvenaient à l'ovule, ils seraient trop faibles pour le pénétrer. Pour le biolo, l'IAC est une perte de temps dans notre cas. Autant dire que nous étions horriblement déçus.

Dr Green a tout de même pratiqué l'IAC. Il était plus optimiste que le biolo, mais bon, pour moi ça relève de l'utopie.

 

M. Bulle a assisté à l'insem, assis à côté de moi. Il a donc découvert le fameux speculum, la sonde d'écho interne et tous ces appareils qui font rêver. Tout s'est bien passé, aucune douleur, aucune contraction, aucun reflux du sperme.

 

Nous pensons maintenant passer à la méthode dure : la FIV, qui est plus adaptée à notre cas. Nous avions malgré tout espéré pouvoir nous en tirer plus facilement, et la déception est dure à avaler.

 

Je dois maintenant me reposer ce weekend dans l'espoir d'un embryon qui s'accrocherait à mon endomètre, et attendre le 8 mars pour faire mon test de grossesse. On croit tout de même les doigts !

Publié dans IAC 1 (fév 2011) - -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article